• Réjane Ferré

A-t-on déjà vu un singe en baskets ?



Quand Riri, notre aîné, est arrivé, nous étions en mode touriste, nous n'avions pas de recul, pas d'expérience, pas vraiment de jeunes enfants dans notre entourage. Nous avons grandi, et grandissons encore, avec lui.


Nous n'avons pas jugé utile d'acheter un parc, puisqu'il était en sécurité au sol. Pas d'aînés, pas d'animaux. Il était également clair pour nous que nous adapterions l'environnement à notre enfant et non l'inverse. Riri était donc au sol, sur un tapis d'éveil agrémenté d'une arche, offert en cadeau de naissance. Je sais maintenant que l'arche n'encourage pas l'enfant à se retourner.

Nous avions un transat, qui a très peu servi finalement, car je trouvais cet objet peu sécuritaire dès que bébé se redresse un peu. Puis Riri était beaucoup à bras.


Mon intérêt envers la motricité s'est développé lors d'une visite chez mes parents, lorsqu'il avait 5 mois je pense. Ma mère avait installé Riri assis pour qu'il puisse jouer, alors qu'il ne tenait pas dans cette position, maintenu donc par des coussins. J'ai été instinctivement dérangée par cette installation, où Riri manquait de tomber à chaque mouvement, et aies donc retiré les coussins. J'ai commencé à me renseigner, à faire des recherches.


Et j'ai découvert la notion de motricité libre. Notion qui implique le fait qu'on ne doit pas placer l'enfant dans une position qu'il n'a pas acquise. C'est pourtant tout le contraire qu'on me disait jusqu'alors. L'enfant ne saurait pas se mettre dans une position si on ne lui avait pas montré.

Pourtant, si l'on observe les animaux, ils se mettent debout, ils marchent, etc, sans matériel de puériculture, sans que leur maman ne les aide.

Les professionnels de santé s'entendent là-dessus, si l'enfant ne se met pas dans telle position, c'est que son tonus musculaire est encore insuffisant, son corps n'est pas encore assez développé pour supporter, pour se porter.

Par ailleurs, le fait d'être porté, de façon physiologique, aide déjà l'enfant à découvrir son corps, à expérimenter la verticalité.

Les trotteurs et autres matériels de ce genre, suspendent bébé sur ses parties génitales, le forcent à se mettre sur la pointe des pieds. Ils perturbent également le repérage dans l'espace, et présentent un risque de chutes élevé, qui motive d'ailleurs leur interdiction dans plusieurs pays.


Nous avons donc suivi, Papa Ours et moi, les préceptes de la motricité libre. Est arrivé le temps des "mais il faut lui mettre des chaussures pour qu'il apprenne à marcher, des chaussures rigides qui tiennent les chevilles". Pour avoir fait du ski une fois et donc porté des chaussures de ski, quel inconfort pour appréhender la marche 😅 ! Comment se muscler les chevilles si elles sont bloquées ? Et bien évidemment Riri n'a pas été plus "en retard" qu'un autre pour marcher (je mets des guillemets, car je n'aime pas cette expression, cette course qui inquiète les parents, chaque enfant évolue à son rythme, tout comme les grains de popcorn n'éclatent pas tous en même temps, ils ne peuvent pas apprendre à marcher, faire leurs dents, grandir, apprendre à parler, tout en même temps ! ).


Il est difficile de remettre en question ce que nous avons appris, ce que nous avons fait avec nos enfants, quand nous voyons les autres faire différemment, notre parentalité est attaquée, mais pourquoi ? Nous faisons tous de notre mieux, avec les cartes de l'instant, les découvertes scientifiques de notre époque etc.


Les seules exceptions à la motricité libre sont les repas et la sécurité, on peut mettre bébé dans une chaise haute avant qu'il ne sache s'asseoir, à condition qu'il ait plus de 6 mois évidemment pour commencer la diversification (et qu'il soit réellement intéressé et non juste en phase de mimétisme, mais c'est une autre histoire sur laquelle nous reviendrons lors d'un prochain article) , et surtout qu'il tienne assis, pour qu'il ait tout de même le tonus musculaire suffisant pour se redresser en cas d'étouffement.

Et donc également en voiture, où l'on peut asseoir bébé dans le cosy, la nacelle n'étant pas sécuritaire (nous en parlerons dans un prochain article).


Nous avons procédé ainsi pour nos enfants suivants. Pour Léo, nous vivions en camping-car durant ses premiers mois. Il était donc impossible de le mettre au sol, j'ai eu peur que sa motricité ne soit entravée, car nous le calions en sécurité sur la banquette, dans un espace très restreint,à défaut de pouvoir faire autrement. Quelle ne fut pas notre surprise de le voir, à 6 mois, se redresser et se mettre debout contre le coussin de la banquette 😱. Il a acquis la marche à 9 mois, s'entraînant les mois précédents en longeant les placards de notre maison roulante. À 20 mois il escaladait les lits superposés de ses frères, que nous avons dû sécuriser. Aujourd'hui à 2 ans il fait de la draisienne. La seule problématique a été de trouver la plus petite draisienne possible, puisqu'il mesure moins de 80 cm😅.



Merci de m'avoir lu, n'hésitez pas à m'écrire, à partager… 🙏🥰



20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout