• RĂ©jane FerrĂ©

La naissance de Fifi, une revanche sur ma capacité d'enfanter

Aujourd'hui, j'ai besoin d'un boost d'oxytocine. Quoi de mieux que de profiter de mon article bimensuel pour cela đŸ„°. Je vais donc vous raconter la naissance de Fifi, notre deuxiĂšme enfant, en avril 2016.

Son frÚre aßné étant né par césarienne d'urgence 2 ans plus tÎt, il s'agissait donc d'un AVAC (Accouchement Vaginal AprÚs une Césarienne). J'avais également fait une fausse couche entre Riri et Fifi, les premiers mois de cette nouvelle grossesse avaient été du coup moins sereins, et j'étais plus consciente des risques.


Pourtant je misais toujours sur un enfantement physiologique, je tenais à réaliser ce projet, persuadée de son importance. La péridurale augmentant les risques de complications et d'instrumentalisation, et pouvant compliquer les débuts de l'allaitement, je n'en voulais pas.


Le matin du jeudi 14 avril 2016, Ă  J-10 du terme, nous traĂźnons au lit. Je me dis que ce jour sera diffĂ©rent, je ne sais pas pourquoi. Il est 9h30, Papa Ours va dans la cuisine avec Riri pour prĂ©parer le petit dĂ©jeuner. Je vais dans la salle de bains, prise de nausĂ©es matinales, comme chaque matin. Alors que je vomis au dessus du lavabo, j'entends un ploc, ce mĂȘme ploc que j'ai entendu lorsque j'ai perdu les eaux pour Riri. Et comme pour Riri, je me retrouve dans une flaque d'eau 😅. Je prĂ©viens Papa Ours, j'appelle mes parents pour qu'ils viennent chercher Riri, et je m'attable, une grosse journĂ©e nous attend, je tiens Ă  manger un petit truc quand mĂȘme. Papa Ours finit de prĂ©parer les affaires, et Riri. J'ai quelques faibles contractions, je suis heureuse, ça semble diffĂ©rent de la naissance de Riri, oĂč les contractions n'auront commencĂ© que 27h aprĂšs la perte des eaux. Mon pĂšre arrive et repart avec Riri, que j'embrasse fort, je ne sais pas quand je le reverrai, et bientĂŽt mon petit bĂ©bĂ© sera grand frĂšre ❀.


Nous prenons la route pour la clinique qui est Ă  50km. Nous avons tenu Ă  changer de maternitĂ© pour Fifi, Ă©chaudĂ©s par notre premiĂšre expĂ©rience. En rĂ©alitĂ© la premiĂšre maternitĂ© Ă©tait trĂšs bien, Ă  part la sage-femme prĂ©sente lors de la naissance de Riri, et l'anesthĂ©siste
 Pas question de prendre le risque de tomber sur eux une nouvelle fois. Pourtant Ă  la clinique, les conjoints n'ont pas le droit d'assister aux cĂ©sariennes. Tant pis, nous misons sur un AVAC rĂ©ussi đŸ€ž. La route n'intensifie pas les contractions, je ressens de vagues douleurs de rĂšgles.


Lorsque nous arrivons, vers 11h je suis examinĂ©e et mise sous monitoring, mon col est ouvert Ă  1. Zut, j'espĂ©rais plus. La sage-femme revoit mon projet de naissance, j'insiste, "mĂȘme si je vous la demande, je ne veux pas de pĂ©ridurale !". AprĂšs le monitoring, nous allons Ă  l'accueil nous enregistrer. Papa Ours s'occupe des papiers avec la personne chargĂ©e d'accueil, moi je gĂšre les contractions la tĂȘte contre le mur, le bassin en arriĂšre. Nous allons dĂ©poser les affaires dans la chambre qui m'est attribuĂ©e, je ne suis pas trĂšs discrĂšte 😅. Je ne sais plus comment nous arrivons dans la salle nature. La sage-femme et l'auxiliaire de puĂ©riculture m'aident Ă  me dĂ©shabiller pour enfiler une blouse. L'auxiliaire de puĂ©riculture fait une boutade "une blouse blanche, signe de puretĂ©", ce Ă  quoi je rĂ©ponds "si j'Ă©tais pure, on n'en serait pas lĂ ", ce qui fait rire tout le monde 😅😂. Je ne sais comment me mettre, aucune position ne soulage les contractions. Un drap est installĂ© au sol pour que je puisse me mettre Ă  4 pattes. Je finis par m'allonger sur le cĂŽtĂ©, les contractions sont violentes. On me propose de faire du ballon sous la douche, j'accepte. Mais je ne supporte pas les contractions assise, je glisse du ballon mouillĂ©, et me retrouve en mode tortue sous la douche 😅. Retour en salle nature, je suis Ă  3, et j'ai envie de mourir. C'est bon, laissez tomber j'en ai marre, on arrĂȘte lĂ . Merde on ne peut pas. Tant pis, ça a l'air de prendre le mĂȘme chemin que lors de la naissance de Riri, si c'est pour finir en cĂ©sarienne, ça ne sert Ă  rien de souffrir durant des heures, donnez moi la pĂ©ridurale.


Je suis donc transfĂ©rĂ©e dans une salle d'accouchement "normale", je m'allonge sur le cĂŽtĂ© et j'attends l'anesthĂ©siste. Savoir qu'il arrivera bientĂŽt m'aide Ă  supporter les contractions. Je demande Ă  Papa Ours de monter le son de la radio et je rentre dans une bulle. On me propose le masque Ă  gaz, j'accepte, la bonbonne est remplie aux Ÿ  ou aux ÂŒ đŸ€” la sage-femme n'arrive pas Ă  lire la jauge 😅. Je prends de grandes inspirations, trĂšs vite la bouteille est vide, Papa Ours se moque de moi, je l'ai vidĂ© 
 bon ba ça devait ĂȘtre ÂŒ 😅.

Entre les deux bonbonnes, je me concentre sur ma respiration. Je gĂšre, dans ma bulle. Je crie durant les contractions 
 La sage-femme m'encourage Ă  faire des sons graves. Je saurais plus tard qu'une autre maman accouchait Ă  cĂŽtĂ©, et qu'elle demandait pourquoi je criais 😅. Elle Ă©tait sous pĂ©ridurale, elle Ă©tait arrivĂ©e avant moi, et accouchera aprĂšs moi.

La sage-femme examine mon col, je suis à 6, à 8 sur la contraction. Je n'en reviens pas, je ne suis jamais arrivée si loin, je vais réussir ! Je suis reboostée ! L'anesthésiste n'aura pas besoin de venir finalement. En fait la sage-femme ne l'a jamais relancé aprÚs son premier appel. Merci d'avoir eu confiance en ma capacité d'enfanter !

Et merci pour votre patience, alors que je crois bien vous avoir insultĂ©e 😅.

Je me rappelle que lors d'un toucher vaginal, je me suis retenue de la dĂ©gager Ă  coups de pieds, et il me semble avoir sorti un "dĂ©gage connasse" 🙈🙊😅.

On prĂ©vient que mes parents sont lĂ  avec Riri. Je rĂąle, ils avaient interdiction de venir tant que je n'avais pas accouchĂ©, hors de question que Riri patiente des heures dans un couloir, Ă  entendre hurler ! Papa Ours va les voir, je me remets dans ma bulle. La sage-femme entend sĂ»rement Ă  ma voix que les choses s'accĂ©lĂšrent, elle m'examine Ă  nouveau, et me dit que bĂ©bĂ© va arriver ! Je n'en reviens pas ! Je crie d'aller chercher mon mari, hors de question que j'accouche sans lui ! (qu'est ce que j'en rigole depuis la naissance de bb3 😅 enfin nous y reviendrons une autre fois).


Papa Ours revient, il ne comprend rien, il n'est parti que trùs peu de temps 😅

Il me tient la main, ou plutĂŽt je lui broie. Je suis toujours couchĂ©e sur le cĂŽtĂ© gauche, je prĂ©viens que je ne peux pas bouger, pas de soucis. Il m'encourage, la sage-femme aussi. Je ressens l'envie incontrĂŽlable de pousser, ce que je fais plusieurs fois. Cela appuie sur le rectum, c'est surprenant, mĂȘme si j'Ă©tais avertie de cette sensation physiologique. Je redoute le cercle de feu, finalement je ne le sentirai pas. La sage-femme me propose de toucher la tĂȘte du bĂ©bĂ©, c'est magique 😍. Je sens la tĂȘte passer, puis son corps chaud glisser, je l'attrape, et le prends dans mes bras. Il est 17h45, nous sommes le jeudi 14 avril, et Fifi me fait tomber amoureuse Ă  nouveau 😍.


Je ne sais plus au bout de combien de temps j'expulse le placenta, bébé au sein. La sage-femme nous propose de le regarder, nous acquiesons, curieux de voir ce qui a abrité notre petit d'amour. C'est magique.

Les premiers soins de Fifi sont effectués à cÎté du lit, pendant que la sage-femme me recoud. J'ai une petite déchirure, quelques points suffiront. AprÚs une telle épreuve, je n'ai juste plus envie qu'on me touche, cela me semble encore plus douloureux que l'accouchement !

AprĂšs les deux heures de surveillance, nous remontons en chambre, bĂ©bĂ© dans mes bras. Enfin je dis remonter, mais c'est au mĂȘme Ă©tage.

Je demande un plateau repas, j'ai faim, je n'ai pas pu manger ce midi ! Mes parents viennent avec Riri. Je suis en chambre double, ma voisine reçoit du monde Ă©galement. Riri se dirige aussitĂŽt vers le berceau et admire son petit frĂšre, je n'existe plus 😂. La petite fille de la voisine s'approche pour voir, Riri lui grogne dessus, il protĂšge son petit frĂšre ! Il ira dormir chez papy mamie ce soir, pour la premiĂšre fois, j'angoisse. Papa Ours rentre un peu plus tard, si vraiment il y a besoin il ira le chercher.

Forte de ma premiĂšre expĂ©rience, je me couche sans tarder, non sans admirer mon magnifique petit bĂ©bĂ©. Je suis pleine d'amour et d'oxytocine, et fiĂšre de moi đŸ’Ș



26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout